Migration et hivernage

La cigogne blanche, oiseau migrateur ?

Oiseaux migrateurs, les cigognes sont connues pour passer l’hiver en Afrique.
C’est la raréfaction, voire la disparition de ses proies, qui l’oblige à quitter ses zones de reproduction européennes pour gagner ses quartiers d’hivers.
Grâce à son plumage elle supporte assez bien le froid mais la neige et la glace l’empêchent de chasser et donc de se nourrir.

migration et hivernage des cigognes blanches

Les Cigognes migrent deux fois par an : la migration prénuptiale concerne les oiseaux qui partent des zones d’hivernage pour rejoindre leur lieu de nidification.

La migration postnuptiale correspond au mouvement inverse, les oiseaux quittent leur site de reproduction pour se rendre dans leur quartiers d’hiver.

En Europe, les cigognes blanches suivent deux axes aériens pour réaliser leur migration.
Ces deux voies de passage divisent les cigognes blanches européennes eu deux populations distinctes: les Cigognes de l’Ouest de l’Europe et celle de l’Est.
Les Cigognes nidifiant à l’Ouest migrent en prenant la direction du détroit de Gibraltar via la France et l’Espagne pour rejoindre généralement le Maghreb puis les zones d’hivernages en Afrique sub-sahariennes : Mali, Niger, Tchad, Nigeria, Cameroun…

Les Cigognes est-européennes visent le détroit du Bosphore via la Grèce, contournent la Méditerranée en longeant ses cotes Est pour arriver en Afrique par l’Egypte. Elles occupent alors une vaste zone de l’est de l’Afrique de l’Egypte au Sud de l’Afrique en passant par la Tanzanie et le Kenya.

En France, les cigognes blanches suivent deux routes migratrices distinctes. L’axe le plus à Est draine des oiseaux venant d’Hollande, d’Allemagne, de Belgique, de Suisse ainsi que les Cigognes nidifiant dans la moitié Est de la France. La majorité des individus part vers le Sud par le couloir rhodanien, franchissant la barrière pyrénéenne à son extrémité catalane puis rejoint Gibraltar en traversant l’Espagne. Quand aux Cigognes installées dans l’Ouest, elles longent la façade Atlantique, traversent les Pyrénées basques pour retrouver leur congénères à Gibraltar.

Il faut savoir que les étendues marines ne permettent pas la formation d’ascendances thermiques, c’est pourquoi les Cigognes évitent de survoler la mer méditerranée.

Stationnement à Saint-Pée-sur-Nivelle (64)

Hiverner sur place ?

Régulièrement au cours de l’hiver, des données d’observation nous parviennent d’Espagne.
Des cigognes ont donc raccourci leur trajet migratoire et ne vont plus en Afrique.
Plus étonnant encore, des cigognes sont observées çà et là en France au cœur de l’hiver.

Le groupe Cigognes-France a voulu connaître précisément les effectifs hivernants et les observateurs se mobilisent chaque année en décembre pour compter les cigognes présentes.
Surprise ! l’effectif est important : plus de 1000 cigognes blanches sont recensées chaque année pendant la période du recensement (15-31 décembre).

Cigognes hivernantes en France (données communiquées par le groupe Cigognes-France)

Cigognes hivernantes France et Loire-Atlantique

Tableau des effectifs de cigognes hivernantes en Loire Atlantique

Présence des cigognes hivernantes en Loire-Atlantique

 

Sédentarisation, migration partielle, les comportements changent, sans doute en relation avec le réchauffement climatique. Dans l’Ouest de la France, l’abondance de l’écrevisse américaine dans les marais et la présence de quelques décharges à ciel ouvert encore en activité assurent la nourriture.

En Loire-Atlantique, les dernières décharges ont été fermées, les cigognes sont observées dans les prairies humides qu’elles arpentent à la recherche de nourriture, le plus fréquemment à proximité des nids occupés au printemps. Elles se posent assez régulièrement sur les nids, et y passent parfois la nuit. Elles se regroupent aussi sur des arbres-dortoirs.

Toutes les cigognes observées au cœur de l’hiver sont des adultes et la lecture des bagues révèle que ce sont des nicheuses du secteur.

 IMG_0041