Loire-Atlantique

 L’urbanisation, la modernisation des pratiques agricoles, l’asséchement des zones humides, les épisodes de sécheresse en Afrique, mais aussi l’extension des réseaux de transports routiers et électrique ont provoqué une baisse importante des effectifs de population de cigogne dans les années 70. En 1974 seul 14 couples nichaient en France ! A l’instar de la Suisse et de la Belgique, d’’importantes opérations de protection et de sauvetage ont alors permis de restaurer les populations de cigognes de ce pays. Aujourd’hui les populations de cigognes sont en pleine expansion en France. On dénombre en 2018 (nb de couples). Alors que la Cigogne blanche avait presque disparu de France dans les années 70, d’importantes opérations de protection et de sauvetage ont réussi à restaurer des populations aujourd’hui en pleine expansion.

En Loire-Atlantique le premier nid a été découvert à Vue en 1955, mais la nidification est restée sans suite avant l’installation et l’observation des nids de Lavau-sur-Loire et de Remouillé en 1989 qui marquent le départ de l’installation des Cigognes blanches dans le département. En 2019, 190 nids de Cigognes ont été recensés sur l’ensemble du département. 

Lors de leur nidification, les Cigognes aiment particulièrement s’installer en zone humide, où la biodiversité et le nombre de proie pour permettre l’alimentation des poussins y est importante et suffisante. La présence de l’écrevisse de Louisiane, espèce invasive, a d’autant plus facilité l’expansion de la Cigogne blanche dans le département. La Loire Atlantique offre ainsi un écosystème intéressant pour la Cigogne, ce qui explique aussi son expansion dans la région. Néanmoins, ce milieu est fragile, et soumis à des pressions agricoles fortes. Il convient de mettre en place des mesures de gestion de ces écosystèmes si particuliers, et riche en biodiversité pour permettre à la Cigogne, et à d’autres espèces de pouvoir continuer à vivre dans ces milieux.

Coueron_0272(h)

Page en cours…